Guillaume APOLLINAIRE

Guillaume Apollinaire ( 1880- 1918)

Le Bestiaire ou cortège d’Orphée.

Le Bestiaire ou Cortège d’Orphée est le premier recueil de poèmes publié par Guillaume Apollinaire, en 1911, à Paris, chez Deplanche, éditeur d’Art. Le tirage, à cent vingt exemplaires, signe de la part de ce jeune poète alors connu des seuls milieux littéraires symbolistes et modernistes une double exigence, de rareté et de perfection poétique.

Comme tout recueil poétique, Le Bestiaire ou Cortège d’Orphée a son histoire. Dès l’origine, les poèmes sont indissociables d’un dessin qui les accompagne : le recueil doit être un recueil collaboratif qui réunit poète et peintre. Quant au texte, il a son histoire, faite de lectures qui donnent forme et consistance au projet.

Apollinaire envisagera, en 1914, de réunir ses « idéogrammes lyriques » en un recueil intitulé Et moi aussi je suis peintre. Le projet échouera en raison de la Première Guerre mondiale. Dans Le Bestiaire, il fait un autre choix, celui d’une complémentarité de la lettre et de la ligne. Il est, depuis 1905, l’ami des peintres qui renouvellent radicalement la peinture, Derain, Picasso, Braque, Juan Gris. C’est précisément dans l’atelier de Picasso, au Bateau-lavoir, qu’il faut rechercher l’origine de ce recueil. Apollinaire a songé, très tôt, à associer le texte et l’image, et donc à confronter sur une même page deux systèmes sémiotiques différents, voire hétérogènes. Picasso avait entrepris des « gravures d’animaux » qui auraient inspiré à Apollinaire son projet de Bestiaire . L’illustration aurait été composée de dessins réalisés d’un seul trait et gravées sur bois : mais Picasso n’illustra pas le recueil. Apollinaire se tourna vers Dufy, non sans avoir songé illustrer lui-même ses poèmes de dessins au trait et représenter les animaux dans un « graphisme simple parfois marqué d’une note d’humour » La correspondance échangée entre le poète et le peintre confirme combien le graveur a été attentif au texte et aux recommandations du poète. Source.

Quelques liens pour aller plus loin :

  • Les enjeux de la réécriture autour du Bestiaire ou cortège d’Orphée de G. Apollinaire. Lire.

  • Réécrire l’origine poétique au XXe siècle : l’expérience du Bestiaire ou cortège d’Orphée de Guillaume Apollinaire. Lire.

Le bestiaire
Le bestiaire ou cortège d’Orphée – Apollinaire illustré par Véronique Champollion. Vente en ligne dans la boutique.